Plus de 20 ans au service des migrants asiatiques

Créée en 1996, l’ASLC s’est donné dès sa naissance comme objectif principal d’agir en faveur de l’intégration des populations sinophones présentes sur le territoire de la région Île-de-France.

C’est à travers notre connaissance des réalités de l’immigration chinoise en France, des besoins en matière d’intégration ainsi que d’apprentissage de la langue française que nous avons pu construire les différentes activités de l’association. Aujourd’hui, nos actions sont dirigées vers toutes les populations migrantes asiatiques au sens large.

 

Vue des huit sites célèbres de Kanazawa le soir

Agir pour l'intégration et l'insertion des migrants

Nos actions se sont, au fil des années, organisées autour de trois axes :

  • Faciliter l’accès aux droits

Depuis 1999, l’ALSC est agréée par la Préfecture de Paris en tant qu’organisme domiciliataire et dispose d’un règlement intérieur conforme aux exigences de la loi ALUR et ses textes d’application. En effet, la domiciliation administrative,  en stabilisant le domicile et en facilitant, de cette manière,  les démarches administratives, est élément essentiel pour favoriser l’accès aux droits de base des populations migrantes.

Si ce service était initialement réservé aux primo-arrivants demandeurs d’asile en provenance de la zone Asie-Pacifique, nous avons étendu notre public suite à la modification de la loi de 1946 et aux dispositions préfectorales (en 2015) : est désormais admise la domiciliation de toute personne sans domicile fixe, originaire d’Asie au sens large et aux anciennes républiques soviétiques, en situation administrative régulière ou non au regard du droit de séjour. L’accès à ce service est gratuit.

Par ailleurs, nous complétons ce service par un appui dans les démarches administratives assuré par nos médiateurs : leur aide concerne notamment l’obtention d’une couverture médicale minimale (CMU/AME) et l’ouverture d’un compte en banque.

  • Encourager l’intégration par la langue

Pour répondre aux besoins linguistiques d’une population asiatique peu ou pas scolarisée et dont la langue d’origine est très éloignée du français, l’ASLC a developpé des formations en français langue d’intégration adaptées. Puis, des formations à visée professionnelle à destination de populations éloignées de l’emploi ont, par la suite, été mises en place.

L’ASLC reçoit aujourd’hui entre 2500 et 3000 inscriptions par an dans ses deux centres linguistiques à Paris, situés dans les quartiers République (depuis 2000) et Stalingrad (depuis 2011).

 

  • Approfondir la connaissance des migrants et de leurs besoins

L’ASLC a cherché tout au long de son existence à mobiliser sa connaissance des problématiques des migrants au service de projets innovants à même d’inclure les collectivités territoriales et d’améliorer la compréhension et la condition de ces populations.

Nous avons ainsi mené les projets EQUAL/FSE (co-financé par l’Union Européenne) « Chinois d’Europe et Intégration » (2003-2005) et « Longue Marche » (2004-2007). Le projet « Civischine », cofinancé par la Région Île-de-France, a également permis d’engager une réflexion sur la place du citoyen chinois en Île-de-France.

Tableau bambous

Élargir nos moyens d'actions

Les années ont vu la multiplication de nos actions d’intégration à destination des migrants qui se sont concrétisées à travers la création de nouvelles associations.

  • Un outil de communication spécifique : ASIANCES

Depuis le début de l’activité l’association s’efforce à communiquer vers le public sinophone  à travers des outils d’information et de communication formalisés en chinois et en français : l’objectif est ainsi d’informer ce public sur la France, sa culture, le système d’éducation (guide scolaire, émissions de radio, magazine). Par ailleurs, une Web TV « Cap33 »  a produit plusieurs documentaires destinés a améliorer la compréhension entre migrants chinois et français.

  • La petite enfance comme outil d’intégration : AFAPE

L’association a travaillé à l’ouverture en 2005 puis en 2011 de deux crèches franco-chinoises en plein cœur de Paris.

  • L‘accompagnement dans la réussite éducative : le Club du Bambou Savant (CLUB’s)

Cette association fondée en 2005 soutient de jeunes collégiens et lycéens issus de la communauté asiatique ou d’autres élèves en difficulté avec la langue française dans la réussite de leurs études.

  • Un centre de passation d’examens pour étrangers : ACTE

Depuis 2012, ACTE permet aux étrangers de passer des diplômes et certifications en langue présence nécessaires à certaines démarches : DILF, DELF,  TCF (Tout Public, Québec, Accès à la Nationalité Française, pour la Carte de Résident en France).

  • L’enseignement du chinois « langue d’héritage » :TONGJI

Créée en 2014, l’association TONGJI propose des cours de mandarin, notamment aux parents chinois soucieux d’enseigner cette langue à leurs enfants.

  • L’accompagnement à la création d’entreprise ou d’association : APIES

Depuis 2009, l’APIES appuie des créateurs d’entreprise ou d’association dans leur projets, notamment les personnes en difficulté avec le français.

 

En 2012, la Fédération des Associations pour l’Intégration des Migrants Asiatiques (ASIEMUT) a été créée pour regrouper les associations émanant des actions de l’ASLC, mutualiser les moyens et assurer la cohésion la plus grande possible des actions d’intégration menées vers ces populations.

Lanterne poisson